La carte blanche à Julien Drasch

still life polaroid 2018 Paris- julien drach

Julien Drach  a choisi la photographie comme média de prédilection, éclairant à travers ses prises de vue délicates la partie cachée et parfois même invisible des choses, des êtres, du réel. Ce passeur d’émotions aime les textures, les couleurs, les reliefs, les objets et  les villes; il fait vibrer leurs atmosphères et en fait des sujets de beauté et de poésie.
En ce début d’année, l’image par l’image sensible depuis plusieurs années à son univers, vous souhaite une très belle années avec les fleurs de Julien Drach.

Julien Drach a répondu aux questions de l’image par l’image

La photographie est -elle une vocation?
Elevé dans le milieu du cinéma, j’ai d’abord été de l’autre côté de la caméra, en étant comédien pendant une dizaine d’années, puis réalisateur de court métrages, avant d’être happé par la photographie. Un séjour napolitain a permis l’exposition d’une première série inspirée du néoréalisme italien.

Comment choisissez-vous vos thèmes photographiques?
Les thèmes me choisissent plus que je ne les choisis. Le sujet me dépasse.

Quelle est votre relation avec la commande photographique ?
Il n’y a pas de frontière pour moi entre un travail de commande et mon travail personnel. Je me plonge dans tous ces projets avec la même sensibilité esthétique que poétique .
ll y a une évidence à réaliser une image. Elle ne m’appartient plus.

Quelle est votre actualité?
J’ai  exposé à Paris, fin 2021 à la galerie Tourrette, la série Non finito, une série de polaroids de statues, initiée à l’automne 2018 pendant ma résidence d’artistes à la Villa Medicis.
Mon actualité est à Londres. Sotheby’s expose en effet en janvier Roma qui accompagne la vente aux enchères « Stone » consacré aux  pierres. J’ai également commencé cette série pendant la résidence de 2018 à la Villa Medicis et l’ai poursuivie jusqu’à maintenant.

Julien Drach by Stefano Paradiso

Né à Paris en 1973, l’artiste a été élevé sur un plateau de cinéma et a débuté sa carrière en tant que comédien.
 Son premier court métrage, en tant que réalisateur, «A Way», tourné en 2011, est sélectionné dans plusieurs festivals aux Etats-Unis, à New York et Los Angeles. Passionné par l’image et la lumière, Julien Drach photographie en parallèle de ses tournages. Tout en menant un travail photographique personnel, il répond à des commandes.

Sa série « Néoréalisme, de Naples à Mogador  » est sélectionnée par la Maison Européenne de la Photographie pour le Mois de la Photo en 2014 et exposée à la galerie Ymer & Malta, Paris.
La monographie «Des chantiers et des hommes» commandée par le Groupe Bouygues a fait l’objet d’une exposition à Paris et d’un livre en 2017.
Il enchaîne alors une résidence d’artiste de plusieurs semaines à la Villa Medicis à Rome en 2018 qui donnera lieu à plusieurs séries dont Roma et Non finito. La série de polaroids Still Life  a été exposée à Paris  à la librairie Galignani en 2019 et Galerie Arcturus en 2020.
La Galerie Pierre Passebon l’a exposé au salon PAD Monaco en 2019.
La Maison LVMH l’a choisi avec 200 autres artistes internationaux pour célébrer en 2021 le bicentenaire de la naissance de Louis Vuitton avec l’exposition d’une oeuvre dans le projet Louis 200.
Tout en continuant à collaborer pour la presse magazine, il répond à des commandes de portraits ou des natures mortes pour des maisons de luxe ou pour l’industrie.
Ses oeuvres se trouvent également dans de nombreuses collections privées.

https://www.juliendrach.com

Les commentaires sont fermés.