SMITH et Antonin Tri Hoang, lauréats de la deuxième édition du Prix Swiss Life à 4 mains

© SMITH 2016- Spectrographies, 2015, courtesy Galerie les Filles du Calvaire

© SMITH 2016- Spectrographies, 2015, courtesy Galerie les Filles du Calvaire

 

Le jury de la deuxième édition du Prix Swiss Life à 4 mains a choisi le duo constitué de la photographe SMITH (Dorothée Smith) et du musicien Antonin Tri Hoang. Ils présenteront leur création Saturnium à l’été 2017 au Palais de Tokyo, dans le cadre de l’exposition Le rêve des formes, et dans un livre disque édité chez Actes Sud.

 

 

Le rêve des formes, thème de la deuxième édition

Pour cette deuxième édition, la Fondation Swiss Life s’est associée à deux partenaires de renom, le Palais de Tokyo à Paris et l’école du Fresnoy — Studio national des arts contemporains — à Tourcoing. Le thème, Le rêve des formes, est celui de l’exposition éponyme qui sera présentée à l’été 2017 au Palais de Tokyo pour célébrer les 20 ans de l’école du Fresnoy. La création des lauréats y sera installée pendant toute la durée de l’exposition dont le commissariat artistique sera assuré par Alain Fleischer et Claire Moulène.

Saturnium par SMITH et Antonin Tri Hoang

Fascinés par les travaux de Marie Curie, le duo a choisir de faire de la radioactivité sa machine à rêves de formes. Ils composent alors un conte, qui repose sur la découverte imaginaire par Marie Curie d’un nouvel élément chimique radioactif qu’ils baptisent « Saturnium », en référence au dieu du temps, et de la figure mélancolique. Une substance capable de modifier l’espace-temps, et que la célèbre scientifique aurait choisi de ne jamais révéler…
La proposition artistique du duo imagine la rencontre entre notre monde, et celui du Saturnium.
« La somme de la poésie, de la puissance, de la révolution, de la menace, de la force que contient ce phénomène au cours duquel des noyaux atomiques instables se désintègrent spontanément, émettant un rayonnement capable de transmuter la matière, s’est imposée aux lauréats comme le point d’approche idéal de la thématique proposée pour ce concours.»

Leur conte permettra de penser, de travailler, d’explorer, en images et en musiques, la possibilité de la catastrophe, l’apocalypse nucléaire, le changement d’époque, l’avènement d’une fin de l’histoire comme structurant le sens, la pensée poétique, onirique, de la forme des prémices d’un nouveau monde auquel il est permis de rêver.

ARTISTPORTRAIT© SMITH 2016

ARTISTPORTRAIT© SMITH 2016

         

image001

 

 

 

 

 

 

« Nous souhaitons créer une œuvre capable de traverser, de transformer le spectateur à travers des mutations rêvées de la matière, du temps, de l’espace, des images et des sons. En interrogeant tacitement l’héritage de catastrophes telles que Tchernobyl ou Fukushima dans la philosophie et la création contemporaine, notre anthropocène et notre rapport à notre présent, notre passé et notre futur, nous espérons, à travers ce Saturnium fait de rêves de nouvelles formes, faire naître chez nos spectateurs un étonnement, sinon un émerveillement, un éveil, afin que ce projet fasse œuvre et sens face à ce qui nous dépasse », commentent les lauréats. « Ainsi, un nouveau monde possible est en train de naître sous nos pieds, et le projet proposera au spectateur d’entrer en contact avec lui. »

Les lauréats disposent de près d’un an pour croiser leurs points de vue et réaliser, à 4 mains, une œuvre artistique unique : une installation, une création musicale de 40 à 50 minutes et une série de 30 photographies.

Le principe du Prix Swiss Life à 4 mains

À l’issue du processus créatif, la Fondation assurera la promotion de l’œuvre avec :
– un livre disque aux éditions Actes Sud, collection « Images de musique » ;
– une présentation au Palais de Tokyo à Paris pendant l’été 2017 à l’occasion de l’exposition
– une exposition des photographies dans les locaux de Swiss Life Banque Privée, place Vendôme

Le Prix Swiss Life à 4 mains est une initiative artistique développée par la Fondation Swiss Life depuis 2014. Destiné à révéler des artistes encore peu connus, le Prix invite, tous les deux ans, un compositeur et un photographe à imaginer une création croisée pour un projet original commun.

Anne-Marie Lasry-Weiller, directrice de la Fondation Swiss Life, explique : « Depuis sa création il y a sept ans, la Fondation Swiss Life soutient activement la création artistique en encourageant de jeunes artistes et favorise la rencontre entre des univers. Pour le Prix Swiss Life à 4 mains, nous avons voulu créer un dialogue inédit entre musique et photographie, deux engagements de la Fondation Swiss Life. »

Neuf experts 1 en photographie et musique nommés par la Fondation Swiss Life ont parrainé des candidats dans leur domaine. Ceux-ci ont formé leurs duos et ont proposé leur projet commun.
Après présélection, quatre duos ont défendu leurs projets devant un jury de professionnels du monde de la culture.

La première édition, révélée en 2015, a permis au duo constitué du photographe Julien Taylor et du compositeur Arthur Lavandier de créer Bobba, un opéra de chambre inspiré de l’exposition Chagall et la musique, présentée à la Cité de la musique et au musée La Piscine.
https://www.facebook.com/Prix.Swiss.Life.4mains/

Contacts

annemarielasry@swisslife.fr
anne.pizet@swisslife.fr
c.magné@actes-sud.fr

l’image par l’image conseille la Fondation Swiss Life

FacebookLinkedInTwitterShare
Tous les articles de la rubrique "Clin d'oeil"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>